Copyright © 2012 Amicale du 1 ° Régiment du Train Parachutiste. Tous Droits réservés.
BAP AFN Base Aéroportée d’Afrique du Nord

Commandant d’Unité

CBA MENETEAU
Si vous possédez d’autres photos des Cdt d'unité merci de les faire parvenir au Webmaster

Historique

La Base Aéroportée d'Afrique du Nord est mise sur pied le 1er novembre 1955 à Philippeville à partir d'éléments de la 41ème Demi-Brigade Parachutiste. Elle comprend : - Une Compagnie de Commandement et des Services avec un EM de Base - Le Centre d'Entraînement au Saut n°1 - La 191ème Section d'Entretien et de Pliage des Parachutes - Une Compagnie d'Instruction Les missions de ravitaillement par Air sont assurées par le GLA2 qui fait mouvement sur BLIDA le 1er juillet 1956, date à laquelle la BAP/AFN devient unité formant Corps. Elle comprend alors : -Un Etat-Major -Une Compagnie de Commandement et des Services -Une Compagnie de Réparation et d'Entretien des Parachutes -Un Centre d'Entraînement au Saut -Une Compagnie d'Instruction (qui sera dissoute en 1957) En octobre 1958, la CREP et le CES sont regroupées pour ne former qu'une seule Cie : la Compagnie Technique. En outre des formations TAP sont provisoirement rattachées pour administration à la BAP/AFN : la 114ème Cie de QG du Cdmt des TAP en AFN, du 1er mai 1957 au 1er octobre 1960 et la SOTAP(Section Opérationnelle des TAP) du 1er octobre 1960 au 5 janvier 1963. En juin 1957, la Base rejoint l'Algérois, l'EM et la CCS sont implantés à Blida, la Section Pliage à Alger et le CES à Zeralda. La BAP/AFN est dissoute le 28 mai 1963. Ses effectifs rentrent dans la composition du Détachement Aéroporté d'Algérie.

Les SEPP

Les personnels des Sections d'Entretien et de Pliage des Parachutes ont toujours été composés de plieurs spécifiques des Bases et de renforts fournis par les

régiments.

Le CES n°1

Le CES n°1 des conditions plutôt sommaires comme en témoignent les photos ci-dessous (survol souris pour zoom) :

Détachés de notre régiment au CES n°1 de la BAP/AFN, nous finissions par ne plus bien savoir de qui on dependait. Nous faisions notre travail de plieur et on nous parlait toujours de l' "Etat-major" sans trop savoir ce que cela représentait. L'EM était en ville à Philippeville. En plus de notre spécialité, nous étions employés à diverses actions : patrouilles, embuscades etc... dans le secteur de Philippeville avec aussi nos camarades de la SEPP et du C.I.
Survol souris pour zoom

Algérie